Conséquences et Solutions Economiques

 

  1. Conséquences économiques

a) Le marché pétrolier

 

 

 

À cause de l'arrivée de l'ouragan Katrina, la croissance économique des États-Unis a été gravement touchée. Plusieurs secteurs ont été touchés, en particulier le marché pétrolier. Au lendemain du passage de l'ouragan, 95% de la production quotidienne de pétrole du Golfe du Mexique a été arrêtée.

Les économistes américains s'inquiétaient des conséquences de l'ouragan sur l'industrie pétrolière, en particulier dans la région du Golfe du Mexique qui couvre à elle seule 30% des États-Unis en pétrole et 24% de leurs besoins en gaz (environ 1,5 million de barils de pétrole). Après le passage de Katrina, le baril de pétrole U.S Light Crude (référence du marché pétrolier américain ) est passé de 50$ à 70,80$.

 

Le tableau ci-dessus nous montre qu'avant le passage de l'ouragan Katrina le prix du pétrole augmente un peu, puis après son passage il y a une très forte augmentation jusqu'à début septembre.

L'ouragan a réduit la production du Golfe du Mexique à 1,379 millions de barils de pétrole brut par jour, et 8,299 millions de barils de gaz par jour, soit 90% de la production de pétrole avant la catastrophe et 83% de celle de gaz c' est à dire environ 1,5 million de barils de pétrole était produit, soit le quart de la production nationale et 2% de la production mondiale.

 

À la Nouvelle-Orléans, les capacités de production du port et des raffineries ont été réduites. Afin de compenser cette perte de production, le gouvernement américain a déclaré vouloir libérer une partie de ses réserves sur le marché, et l'Arabie Saoudite a promis de relever sa production à 11 millions de barils par jour. À l'annonce de ces mesures, le baril de pétrole est revenu à un prix de 67,20 $US. Cependant les dégâts occasionnés sur les plateformes pétrolières et la remise en route délicate des raffineries a continué à perturber le marché mondial pendant plusieurs semaines.

 

 

b) Le tourisme touché

Dés l'arrivée de Katrina, plusieurs milliers de touristes  qui y séjournaient ainsi que les plus grands secteurs du tourisme (les festivals, les casinos...) ont été touchés. L'ouragan a frappé à quelques jours seulement de « la décadence du sud », un festival gay à la Nouvelle-Orléans. Ce festival représente la seconde rentrée d'argent pour les commerçants de la ville. En plus des dégâts directs causés par l'ouragan auxquels tous s'étaient attendus, la ville a perdu des millions de dollars sans les dépenses des touristes à cause des annulations de ce festival et des autres cérémonies estivales. De plus, à part les grandes fêtes, les plus grands casino du Golfe du Mississipi ont été inondés et détruits, cela a provoqué l'évacuation plus de 14 000 personnes ainsi que leurs fermetures (Hard Rock, Beau Rivages, Treasure Bay …) et représente une perte de revenu considérable. Les grands hôtels tels que Hard Rock et les grandes boutiques ont subis le même sort.

L'état du Mississipi a perdu près d'un demi-million de dollars pour chaque jour de fermeture des casinos de la région allant de Biloxi au rives du Mississipi, et près de 140 000 $ pour les casinos du sud du fleuve. En 2004, le Mississipi avait collecté 2,7 milliards de $US, derrière le Nevada (10,3 milliards) et le News Jersey (4,8 milliards). Ces destructions ont provoquées la perte des milliards de dollars à ces États ainsi qu'à l'État Américain dont le taux de tourisme a chuté de 20% après son passage.

 

 

 

c) L'économie intérieure et le commerce extérieur

En effet, l'impact de Katrina sur la croissance américaine dépend de la rapidité avec laquelle l'activité redémarre et de l'ampleur de la reconstruction. Le profil de la croissance pour l'ensemble de l'année 2005 a été plus heurtée que prévue. Cependant, l'impact macroéconomique global a été relativement faible, d'autant que les trois états touchés par le cyclone (Alabama, Louisiane et Mississipi) ne représentent que 3% du PIB américain.

La croissance économique des États-Unis est vraiment très lente durant cette période (- 4%) à cause du marché pétrolier (voir a)), elle est due à des licenciements d'employés travaillant dans des entreprises de la Nouvelle-Orléans, de Louisiane, au Mississipi provoquant l'augmentation du chômage. Une perte de 500.000 à 700,000 emplois, et une inflation des prix allant jusqu'à une inflation frauduleuse des prix en Nouvelle-Orléans et en Louisiane ont été mesurés. Des centaines de témoignages rapportent aux autorités de Louisiane l'augmentation des prix sur des produits essentiels tels que l'eau potable et les carburants. Les cas d'hôtels n'ayant pas honoré leurs engagements de réservation afin d'accepter des offres supérieures de réservations de chambres par des voyageurs désespérés ont aussi été signalé. Ces augmentations de prix sont une escroquerie criminelle. Les autorités ont pressé ceux qui en ont été victimes à appeler immédiatement la police, afin de procéder aux constatations et d'entamer les procédures judiciaires.

À cause des nombreux maisons et voitures détruites, les compagnies d' assurances devaient indemniser plus de 30 milliards de dollars aux habitants victimes des dégâts causés par l'ouragan. De plus, toutes les connexions Internet des villes touchés par les précipitations et inondations ont été rompus.

En ce qui concerne le commerce extérieur après le passage de l'ouragan, les États-Unis ont été terriblement gênés car Gulfport (dans le Mississipi), un port de marchandises majeur pour l'alimentation du sud États-Unis, a été dévasté par Katrina et a été considéré comme inutilisable pour une longue période. D'autres ports comme Brand International, Dole Fruit Company, Crowley Maritime et P&O Ports ne pouvaient plus exporter leurs marchandises vers les autres pays pendant quelques semaines voir des mois. Pour cela certaines sociétés doivent faire appel à d'autres moyens de transport (routier ou ferroviaire) et fera perdre des millions de dollars. Le marché pétrolier a été aussi touché par l'ouragan provoquant l'augmentation du prix du pétrole (voir a)) dans tout le pays et les pays acheteurs.

 


 

 

2) Solutions mises en place

 

On peut dire que quelques solutions ont été mises en places car quelque mois après le passage de l'ouragan le commerce extérieurs des États-Unis ont repris le dessus: le prix du pétrole ayant baissé de 70$ à 50$ pour l' instant , il y a eu l'aide financière des pays étrangers ayant comme importateur les État-Unis ou pas. Il y a la reconstruction des ports . De même que le gouvernement a aidé financièrement les personnes qui étaient dans le besoins (même avec des mal-entendus)et plus de 150 millions de dollars ont déjà été donnés par des particuliers pour les victimes de la catastrophe. Le Congrès a débloqué une aide d'urgence de 10,5 milliards de dollars. Près de 50.000 militaires devraient être déployés dans les zones sinistrées pour allé aider les sans-abris et refaire la reconstruction des villes touchées par l'ouragan Katrina dont les dégâts pourrait coûter plus de 100 milliards de dollars et jusqu'à 35 milliards pour les assureurs.

 

 

 

 

3) Bilan (3 ans après)

 

En 2008, 3 ans après le passage de l'ouragan Katrina, la situation économique des État-Unis s'était beaucoup améliorée depuis 2005. Elle a pu reprendre le dessus : son commerce extérieur et intérieur étaient beaucoup perturbés à cause des ravages, des millions de morts, de la destruction de milliers de maisons, elle a réussi à se remettre à un niveau proche de celui qu'elle avait avant la catastrophe. Toutes ses productions ont remonté. Sa croissance économique a remonté de +2% même si elle a presque perdu plus de 10 milliards de dollar elle a finalement réussi a remplir ses caisses.

Les États-Unis ont eu une économie très perturbée. Mais en 3 ans, elle a réussi a remontée jusqu'au bout et de redevenir la plus grande puissance mondiale.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×