Conséquences et Solutions Sociales

1. Conséquences Sociales

a) Le nombre de Victimes

 

La population touchée par l'ouragan Katrina a été très nombreuse. Le 29 août 2005, l'ouragan avait déjà fait 9 morts alors qu'il n'atteignait que les côtes à proximité de La Nouvelle-Orléans et Biloxi (voir croquis). Le compte passe à 1837 morts et 705 disparus officiels après son passage. Les états concernés par l'ouragan ont tous eu des pertes de population. Le nombre des blessés est quant à lui indénombrable. Voir tableau :

 

État

Morts

Morts directes

Disparus

Floride

14

4

-

Louisiane

1577

314

17

Mississipi

238

233

-

Alabama

3

0

-

Géorgie

2

2

-

Kentucky

1

1

-

Ohio

2

0

-

TOTAL

1837

554

135

 

b) La population touchée

Grâce à ce tableau, nous pouvons voir que les populations les plus touchées sont celles de la Louisiane et du Mississipi. La population de la Louisiane étant surtout une population pauvre et noire. Au 1er Mars 2006, alors que 1293 corps ont été retrouvé, et 853 rendus à leurs familles, on compte parmi cette population près de 421 morts, soit près de 53% de ce total des victimes retrouvées. Mais on compte aussi 334 victimes blanches, 6 victimes asiatiques, 18 victimes hispaniques, 4 victimes Amérindiennes, 35 victimes d'origine ethniques inconnues, et 5 victimes d'autres origines ethniques. On comprend donc que la population la plus touchée par l'ouragan Katrina est une population noire, qui n'a pas forcément pu quitter la ville par manque de moyens ou parce qu'ils ne possédaient pas de moyens de transport, ce qui en fait les premières victimes de cette catastrophe naturelle. D'autres ne pouvaient pas fuir l'ouragan qui arrivait parce qu'ils étaient trop malades ou trop âgés pour bouger. Dans les quartiers blancs, les lieux publics comme les supermarchés ont été ouverts à la population par solidarité, alors que dans les quartiers noirs, des gardes étaient postés à l'entrée pour les empêcher d'entrer.

La population a également été touchée par diverses maladies : Diarrhées, gastro-entérites, allergies... Certains ont souffert de déshydratation, d'infections de la peau, d'infections respiratoires, du choléra ou encore de la typhoïde. Les principaux malades ont été les enfants et les personnes âgées à cause de la déshydratation, de l'absence d'eau potable et de l'humidité. Un risque élevé d'hépatite A a obligé les autorités à vacciner le plus de personnes possibles.

 

c) Des dégâts importants

Au 22 Septembre 2005, soit presque un mois après le passage de Katrina sur la Nouvelle-Orléans, on compte au moins 141 500 sinistrés encore hébergés dans des centres et des foyers d'accueils mis en place dans au moins 18 états et à Washington.

On compte également plus d'un million de Louisianais qui pourraient avoir été déplacés par la catastrophe. Plus de 200 000 foyers pourraient être relogés par les pouvoirs publics durant près de cinq ans. Les États les plus touchés au niveau des dégâts sont la Louisiane (dont la Nouvelle-Orléans), l'Alabama, et le Mississipi, dont la destruction a été extrême. À la Nouvelle Orléans, avant le passage de l'ouragan, La National Oceanic and Atmospheric Administration, qui est l'agence américaine responsable de l'étude de l'atmosphère et de l'océan, a prédit des dommages catastrophiques pour la ville : La moitié des habitations seraient détruites et des dégâts importants pourraient rendre la ville inhabitable pour plusieurs semaines. On compte près de 86 milliards USD de dommages confirmés pour tous les états touchés par la catastrophe. Parmi les dégâts les plus importants : les inondations de la ville, rendant les habitations inhabitables et saccageant tout sur leur passage.

2. Solutions mises en place

a) Solidarité locale

Aux États-Unis, diverses associations se sont mobilisées pour collecter des fonds et venir en aide aux sinistrés de l'ouragan Katrina. Des sommes très importantes ont été collectées (on compte plus de 100 millions de dollars le 31 août 2005). Parmi ces associations, on peut retrouver la Croix Rouge, ou l'armée du Salut. Des entreprises comme Wal-Mart (spécialiste de la grande distribution) ont elles aussi donnés des fonds à ces associations. Le 11 Septembre 2005, la Croix Rouge hébergeait 160 000 sinistrés dans 675 abris.

Les stars américaines de la chanson et du cinéma se sont elles aussi mobilisées : certains étaient sur le terrain dès les premiers jours qui ont suivis l'ouragan pour aider les sinistrés. D'autres ont simplement fait des dons. Des émissions ont été diffusées, où les célébrités prenaient les appels téléphoniques et répertoriaient les dons fait aux associations humanitaires. Au cours de ces émissions d'autres célébrités ont chanté. Le chanteur R. Kelly a même écrit une chanson qui figure sur un de ses albums en hommage aux victimes de cette catastrophe naturelle.

    b) Solidarité étrangère

Divers pays, comme le Canada, la Russie, le Japon, la France, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, la Chine, la Grèce, la Suisse, et beaucoup d'autres ont proposé des aides financières et logistiques. Certains pays comme la Grande-Bretagne ou la Russie ont proposé leur aide humanitaire en envoyant des secouristes et leur aide pour reconstruire les habitations détruites. D'autres comme le Japon ont offert des dons aux diverses associations présentes sur le terrain. D'autres comme l'Australie et la France ont offert leur aide avec du matériel et des secouristes, des militaires spécialisés en soutien médical, et ont fait des dons pour aider les sinistrés. L'union Européenne a même déclaré offrir aux sinistrés « tout ce qu'ils demandent ». Mais tous ces fonds n'auraient pas été utilisés pour les sinistrés de l'ouragan Katrina : Sur les 854 millions de dollars offert au gouvernement par les pays étrangers, seulement 40 millions auraient été utilisés pour la reconstruction et l'aide aux sinistrés. Les États-Unis n'auraient pas réclamé tous les dons pour ne pas subir d'influence politique.

L'acteur Brad Pitt a lui aussi apporté son aide aux sinistrés de l'ouragan Katrina.

 

 

    3. Bilan (trois ans après)

Trois ans après la catastrophe, les marques du passage de Katrina n'ont pas disparu, surtout à la Nouvelle-Orléans. Certains bâtiments comme le supermarché où s'approvisionnaient les habitants n'est toujours qu'un bâtiment de béton vide. Une parcelle sur deux est un terrain vague (si la maison qui y était construite était trop détruite, elle était rasée au bulldozer). La majorité des maisons touchées par la catastrophe qui ne se sont pas effondrées sont vides et n'ont plus de fenêtres. Sur les 15000 habitants que comptait le quartier du Lower 9th Ward, le quartier populaire de la Nouvelle-Orléans, seulement 10% sont revenus après la catastrophe. Sur neuf écoles élémentaires, une seule a rouvert. Ni le poste de police, ni la caserne des pompiers, ni le centre de soins n'ont été reconstruits. Les routes sont pleines de nids-de-poule. De temps en temps un bus rempli de touristes passe dans le quartier. Les touristes viennent voir comment la première puissance mondiale à été incapable de reconstruire rapidement l'une de ses propres banlieues après le passage de l'ouragan Katrina.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site